Archives de Catégorie: Neutralité du Net

Qui veut la peau de Kim Dotcom ?

Kim DotcomLorsque le médiatique fondateur de Megaupload lance son nouveau service, baptisé Mega, la presse high-tech grince des dents et passe à l’attaque… Mais que vaut à Kim Dotcom tant de méfiance, voire d’hostilité ?

Le 19 janvier, soit un an après son arrestation pour association de malfaiteurs, Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload, annonçait l’ouverture de son nouveau service de téléchargement, Mega. Auréolé de sa double gloire de créateur de l’un des plus célèbres services de téléchargement au monde et de  grand résistant face à la très puissante Motion pictures of america association (qui représente les intérêts des ayants-droits aux USA) l’entrepreneur avait les moyens de mettre sur pied un évènement d’ampleur mondiale. Ce lancement en fanfare n’était rien de moins que l’aboutissement d’une campagne médiatique d’un an savamment orchestrée, mêlant tweets provocateurs, promesses alléchantes, autopromotion forcenée et un véritable show en guise de conférence de presse finale ; l’homme d’affaires germano-finlandais allant jusqu’à simuler une fausse attaque du FBI, opposant les agents à une armée de gardes du corps pulpeuses sur fond de musique techno.

Lire la suite

Tagué , , , ,

Adgate : et Numerama devint Vénérama

Numérama a-t-il traité équitablement l'AdGate ? - Crédit Numérama

Quand Free prend la décision de ne plus afficher certaines publicités pour ses abonnés, Numérama voit rouge. Article après article, le site d’information spécialisé n’en finit plus d’accabler le fournisseur d’accès à Internet (FAI) et de dénoncer une décision antidémocratique. Une réaction excessive, pour un site à la fois juge et partie dans cette affaire.

Dans le monde du high-tech, la décision de Free a surpris tout le monde. Le 3 janvier, le FAI a en effet procédé à une discrète mise à jour de ses terminaux freebox, incluant – entre autres fonctionnalités techniques – un blocage par défaut de certaines publicités, qui n’apparaissaient donc plus sur les pages internet que visitaient les abonnés de Free. Aux yeux de l’utilisateur, cette modification peut sembler insignifiante, bienvenue, même, pour qui n’apprécie pas l’apparition de publicités lors de sa navigation. Ce n’est pas l’avis de Numerama. Durant 4 jours, le site d’information spécialisé va, à travers la voix de son rédacteur en chef Guillaume Champeau, marteler son indignation et son refus de la décision de l’opérateur. Quitte à sacrifier, le temps d’une violente campagne médiatique, la nécessaire prise de distance entre le journaliste et son sujet.

L’affaire commence par un compte-rendu d’un autre site spécialisé, Freenews. Le 3 janvier aux alentours de 16 heures, ce site découvre l’option, met en garde ses lecteurs et leur demande immédiatement de désactiver cette fonctionnalité. 20 minutes plus tard, Numerama se rallie à cette opinion et traite l’affaire avec un article qui ne laisse aucun doute sur la position de son auteur à l’annonce de la nouvelle : “Blocage des pubs : Free pète un câble !” Une réaction à chaud sur un sujet non moins brûlant, dans lequel le rédacteur en chef du site mène une charge frontale contre la décision de l’opérateur. “Free est totalement irresponsable et menace de porter un coup violent à tout un pan de l’économie numérique !” tonne, dès les premières lignes, l’article. Il faut dire que Numerama sait de quoi il parle. Basé sur un modèle économique où la publicité en ligne assure seule sa rentabilité, la décision de Free remet subitement en cause sa viabilité, sans motif annoncé. C’est ce qui explique les injonctions de Freenews, mais également les prises de positions d’autres blogueurs de renom dont Éric Dupin pour Presse-citron ou encore Manuel Dorne alias Korben pour le site korben.info qui se mobilisent tous pour défendre des publicités qui sont de fait leur moyen de subsistance. Mais peu vont aussi loin que Guillaume Champeau et sa conclusion ulcérée : “Du jamais vu. Même en Chine.”

Lire la suite

Tagué , , ,

Laurent Joffrin, la peur du vide

Une rumeur et quelques lecteurs surpris : il n’aura pas fallu grand-chose pour que le directeur de la publication du Nouvel Obs harnache son cheval de bataille et décide de mener une charge héroïque contre Internet et la supposée impunité juridique qui y règnerait.

Laurent Joffrin impuissant face aux rumeurs du Web.

Transmettre une chaîne de mail à 30 contacts peut vous éviter une mort atroce, mais elle peut aussi déclencher la colère d’un des grands éditorialistes français. Le 27 août, Laurent Joffrin publie une virulente tribune dans l’édition en ligne du Nouvel Observateur. Intitulée « La commission Jospin et les dérives du web », celle-ci revient sur un pamphlet qui circulerait dans les boîtes mail de certains lecteurs de son hebdomadaire. Ce dernier est d’une banalité affligeante : il accuse la commission de déontologie menée par Lionel Jospin de népotisme, et prétend par ailleurs révéler les salaires et les émoluments colossaux de ses membres et des intervenants. Quelques secondes de recherche permettent de retrouver le texte original, qui est l’archétype de ces chaînes de mails militantes qui circulent depuis qu’Internet existe : truffé de fautes et d’imprécisions, mis en page à la truelle et à peu près aussi crédible que le message du vice-roi du Niger promettant une belle récompense en échange d’un simple mandat-cash sur un compte Western Union domicilié au Ghana. L’information est d’autant plus simple à vérifier que la rumeur a déjà été abondamment commentée et démontée par les médias de tous bords et ce depuis le… 25 juillet : ainsi, dans le Figaro (repris par Rue89), mais aussi à France Télévision et sur Le Monde.fr, pour ne citer qu’eux.

Finalement, il n’y a guère que le Nouvel Observateur pour ne pas en avoir fait état… Mais cela, Laurent Joffrin ne s’en soucie pas. Peut-être piqué au vif par les imprécations provoquantes du texte (« Où êtes-vous amis journalistes à l’indignation si prompte mais si sélective ? Vous qui trainiez dans la boue Eric Woerth ou Jean Sarkozy, sur des soupçons diffusés en boucle au quotidien ! »), l’éditorialiste va se fendre d’une tribune vengeresse. Lire la suite

Tagué , , ,