Archives de Tag: Facebook

Facebook et la censure, la polémique perpétuelle

Une image de la manifestation des Femen, censurée par Facebook« Censure« , « puritanisme« , « infantilisation«  ! Depuis que Facebook fait respecter une stricte interdiction des images montrant des corps nus, les journalistes n’ont pas de mots assez durs pour qualifier la modération du premier réseau social au monde. Des polémiques aussi récurrentes que stériles, et pour cause : le principe qui motive Facebook est l’un des piliers du Web.

Combien de temps faudra-t-il supporter la déferlante d’articles indignés à chaque fois que Facebook censure une image de nudité ? Dernière résurgence de cette polémique increvable, la suppression d’une photo postée par le compte Facebook de l’Agence France-presse. Sur le cliché, poing levé, une Femen à demi nue se faisait agresser par un homme, non loin de la grande mosquée de Paris devant laquelle le groupe féministe manifestait. La décision de Facebook n’est motivée ni par la violence du cliché, ni par la nature de la cause, mais par la nudité du sujet. Le plus grand réseau social du monde se réserve  en effet le droit de supprimer les contenus qu’il juge inappropriés.

L’AFP connaît parfaitement les règles qui prévalent sur Facebook. Comme tous les grands médias français, elle sait utiliser le réseau social comme un outil pour élargir son audience. Comme tous les grands médias, elle a renforcé ses équipes avec des « social media editor », ces journalistes spécialisés dans les réseaux sociaux, chargés de prendre en main ces « nouveaux » canaux de diffusion que sont Twitter, Tumblr, Pinterest et, évidemment, Facebook. Et pourtant, elle a sciemment décidé d’aller à l’encontre de ces règles, pleinement consciente Lire la suite

Publicités
Tagué , , , , ,

L’irrésistible tropisme californien

silicon-valley-sign-lg

Google-killer, Facebook-killer, iPhone-killer : les journalistes high-tech, très souvent amenés à présenter de nouveaux services ou de nouveaux produits, n’hésitent pas à se servir des géants de la Silicon Valley comme d’une béquille pour mieux accrocher leurs lecteurs… au risque de sombrer dans les comparaisons hâtives, voire franchement fantaisistes.

Qui tuera les titans de la Silicon Valley ? À force de célébrer le couronnement des Google, Apple, Amazon, Samsung ou Facebook, la presse high-tech n’en finit pas de leur chercher des adversaires. Dernier David déniché pour contrer ces Goliaths, Qwant, un moteur de recherche français que la presse plaçait dans l’arène face à Google, maître quasi-absolu du secteur. Dans les titres de la presse, l’heure du face à face semblait avoir déjà sonné : « Comment un nain français veut terrasser Google » (Challenge, 14/02), Qwant : un moteur de recherche titille Google (ITespresso, site spécialisé,  14/02) « Tremble, Google, tremble ! » (la têtière d’Atlantico, le 16/02). L’enthousiasme est alors un rien  prématuré : Qwant n’était qu’en phase de bêta-test, une étape du développement qui sert à détecter les bugs. Qu’importe, les médias sont friands de ces histoires de petit poucet affrontant un ogre, d’autant plus si le héros est français et l’ogre l’un des fleurons américains.

Le procédé est loin d’être exceptionnel. Ainsi, quelques jours avant la sortie de Qwant, le Figaro titrait  Lire la suite

Tagué , , , , , ,

Bug Facebook : quand la machine médiatique se nourrit de ses propres créations

Le mème FacebookTel un feu de paille, l’affaire du supposé « bug Facebook » a enflammé les rédactions pour s’éteindre tout aussi rapidement. Avec une certitude : jamais les ressorts médiatiques n’ont été aussi visibles.

 

Avant de commencer, le rappel des faits :

  •  Lundi 24 septembre, dans l’après-midi, le journal Metro publie ce qu’il croit être un scoop : des messages privés, antérieurs à 2009, apparaîtraient publiquement sur les « timelines », c’est-à-dire les pages de certains utilisateurs de Facebook. L’information se répand d’abord sur les réseaux sociaux, avant d’être reprise dans la soirée par les sites d’information.
  • Dans la soirée puis dans la nuit, les journaux américains interrogent Facebook, qui publie un communiqué démentant tout incident technique, indiquant que cette publication est normale. Le réseau social soutient que la communication, avant 2009, se faisait de « mur à mur », ce qui expliquerait que ces informations apparaissent dans les timeline de ses utilisateurs.
  • Mardi 25 septembre, Fleur Pellerin, ministre à l’économie numérique, et Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, n’acceptent pas les explications de Facebook et saisissent la commission nationale informatique et libertés (CNIL) qui entend les responsables de Facebook France dans la soirée.
  • Dans la soirée, la CNIL annonce qu’elle a besoin d’investigations complémentaires pour statuer sur la réalité ou non d’une atteinte à la vie privée des membres du réseau social.
  • Une semaine plus tard, le 2 octobre, la CNIL conclut que les messages publiés sur les «timelines» ne sont pas des messages privés (envoyés via l’application ad hoc) mais des messages mur-à-mur (wall to wall) autrefois privés.

Il serait parfaitement vain de retracer exhaustivement la couverture médiatique de l’affaire du « bug Facebook ». En deux semaines, une véritable pluie d’articles de tous types s’est abattue sur Internet, dans la presse écrite, à la radio comme à la télévision. Pour qui s’attache à la critique de l’espace médiatique, l’affaire est passionnante : du scoop au canular, les étapes de la digestion médiatique sont apparues au grand jour.

Lire la suite

Tagué , , ,

Facebook et les néo-Narcisse : construction médiatique d’un cliché

Plus qu’une icône du high-tech, Facebook est devenu, sous le regard des médias, un fait de société. Retour sur ces experts et ces analyses qui ont fait de la « génération Facebook » un stéréotype sur-utilisé.

« Combien de temps accepterons-nous de nous soumettre à cette dictature du cool de Facebook ? » Le 8 août, Atlantico.fr s’interroge sur la ligne éditoriale du réseau social au travers d’un entretien de deux pages avec l’écrivain Luis de Miranda. Le prétexte ? La suspension de la page Facebook du pure player, coupable d’avoir publié une image du tableau « L’Origine du monde » de Gustave Courbet. La décision n’a rien d’étonnant : elle rappelle une polémique en tous points identiques survenue un an plus tôt. Facebook avait alors décidé de supprimer le compte d’un artiste ayant mis en ligne une image de ce même tableau. Mais l’angle de l’interview qu’Atlantico va choisir de publier, lui, interpelle. Pourquoi adresser ces questions à un écrivain, alors qu’il s’agit d’un point de droit ? Certes, l’article aurait alors été bien plus court. Au lieu de ces deux pages d’élucubrations mystico-philosophiques, il elle se serait résumé à un fait simple : chaque site Web est maître de sa ligne éditoriale, Facebook compris. Mais Atlantico n’entend pas s’attarder sur les faits ; non, ce qui compte, c’est de se livrer à un exercice très à la mode depuis la montée en puissance du réseau social en 2008 : dénoncer l’impact sociétal de Facebook. Et dès la première question, le ton est donné : « L’entreprise de Mark Zuckerberg imposerait-elle à ses utilisateurs une vision du monde sans nuance ni prise en compte de la culture de ses membres ? » Indice : la réponse est dans la question.

Lire la suite

Tagué , , ,